Emmanuelle Drouet

Psychologue clinicienne


Cabinet paramédical
6, rue de Plaisance
94130 NOGENT/MARNE
Tél. : 06.61.48.84.53
drempsy@yahoo.fr


D.E.S.S. de psychologie clinique

Thérapeute praticienne en TCC - AFTCC

D.U. Troubles du comportement alimentaire

Numéro ADELI :
94 93 0283 0

Plan du quartier >>

Le cannabis qui rend fou…

Aujourd’hui, un article issu de « Cerveau et psycho » qui traite des dangers d’un nouveau cannabis arrivant sur le marché, 3 fois plus concentré… Attention DANGER !!!

Le cannabis qui rend fou : quelle menace pour le consommateur?

De nouveaux dosages de cannabis arrivent sur le marché, entendait-on ce matin aux informations. Trois fois plus concentrés, et beaucoup plus ravageurs, avec un risque de « psychose cannabique ».

Qu’est-ce que la psychose induite par le cannabis ? Il s’agit ni plus ni moins d’un terme technique pour décrire l’apparition de schizophrénie. L’association entre consommation de cannabis et risque de schizophrénie n’est pas nouvelle (la drogue y jouerait un rôle de déclencheur sur un terrain vulnérable), mais évidemment les concentrations auxquelles la drogue est utilisée jouent un rôle : plus elles sont élevées, plus le risque augmente.

Comment le cannabis peut-il rendre schizophrène ?

Le délire schizophrénique a été associé, au niveau cérébral, à une activation forte d’une zone du cerveau nommée striatum, qui nous fait percevoir (entre autres) certains éléments de notre environnement comme plus importants ou singuliers que les autres. Si cette zone cérébrale est perturbée, on peut attribuer un sens à ce qui n’en a pas, ou avoir l’impression que certains éléments banaux de notre environnement sont extrêmement importants (d’où les hallucinations, la paranoïa…).

450px-Striatum_Structural_MRI

Dans une étude notable, des jeunes hommes testés ont vu l’activité de leur striatum augmenter après consommation de cannabis. Parallèlement, ils manifestent des troubles du jugement caractéristiques de troubles de la « saillance » : ils trouvent bizarres ou déformés des signaux affichés sur un écran, et qui sont parfaitement normaux. L’intensité de ces distorsions (et de l’activation du striatum) est corrélée aux symptômes psychotiques évalués d’après questionnaire.

La proportion des jeunes de 18 à 25 ans présentant un usage problématique du cannabis (10 fois par mois, avec risque de dépendance) se situerait entre 10 et 20 pour cent, faisant de la France le premier pays européen concerné.

Pour en savoir plus : J. Palazzolo : Fumer du cannabis : Quels risques? Cerveau & Psycho n°15, 2006.

Les commentaires sont clos.