Emmanuelle Drouet

Psychologue clinicienne


Cabinet paramédical
6, rue de Plaisance
94130 NOGENT/MARNE
Tél. : 06.61.48.84.53
drempsy@yahoo.fr


D.E.S.S. de psychologie clinique

Thérapeute praticienne en TCC - AFTCC

D.U. Troubles du comportement alimentaire

Numéro ADELI :
94 93 0283 0

Plan du quartier >>

Être parent après la séparation ou le divorce

Être parent après la séparation ou le divorce

Si le processus de la séparation et du divorce peut parfois s’étendre sur plusieurs années, la période qui suit immédiatement la séparation formelle occasionne de nombreux changements et nécessite maintes décisions qui concernent l’organisation de la vie familiale – tous ces bouleversements ont des répercussions tant chez les jeunes enfants que chez leurs aînés. Fort heureusement, parents et enfants ont accès à d’excellentes publications et ressources sur des sujets tels que les nouvelles relations après le divorce et le remariage, les familles recomposées et le rôle des beaux-parents. Dans la section suivante, nous nous pencherons sur certaines questions auxquelles sont confrontés les parents après la séparation et le divorce. Les parents qui souhaitent approfondir ces questions sont invités à consulter la section « Ressources » qui offre diverses suggestions de livres et de brochures.

Aider les enfants à s’adapter à deux foyers

Quel que soit leur âge, les enfants n’aiment pas sentir que leur sécurité est compromise. Cette sécurité provient de la continuité et de la stabilité qui caractérisent la vie de famille. Souvent chez les enfants, ce sentiment de sécurité se construit autour de la familiarité des lieux où ils vivent, mangent, dorment et gardent leurs objets personnels. Lorsque les enfants doivent aller et venir d’une maison à l’autre, il leur faut du temps pour reconstruire cette notion de « foyer ».

« Je m’ennuie de mon père, parce qu’il habite loin de chez moi et que je ne le vois que cinq fois durant l’année. J’aimerais habiter dans la même ville que lui – comme ça, je pourrais le voir et voir ma famille aussi…»

Au tout début, les enfants qui vont et viennent d’un foyer à l’autre éprouvent des sentiments de perte, de confusion, d’anxiété et d’insécurité, parce qu’ils doivent s’ajuster à la réalité de ne pouvoir être qu’avec un seul parent à la fois. L’enfant qui éprouve ces sentiments peut se montrer difficile durant quelques heures et même plusieurs jours et se mettre en colère pour un rien. L’un des parents peut reprocher à l’autre ce comportement chez l’enfant et le juger incapable de discipliner l’enfant ou même croire qu’il incite l’enfant à mal se conduire. Il importe d’éviter d’en tirer hâtivement conclusion – le comportement de votre enfant peut tout simplement constituer un moyen, pour lui, de surmon-ter ses propres sentiments de perte et de tristesse.

Les allées et venues entre les deux foyers rappellent constamment à l’enfant que la famille n’est plus ensemble. Il se peut que l’enfant ressente de l’anxiété à l’idée de se séparer de ses parents ou de l’un d’eux ou qu’il se fasse du souci au sujet du parent qu’il quitte. Il doit en outre subir contre son gré des changements d’horaire et d’environnement. Laissez à vos enfants tout le temps nécessaire pour qu’ils s’ajustent à ces changements et faites en sorte qu’ils se sentent en sécurité aux deux endroits. Par exemple, vous pouvez veiller ensemble à ce que vos enfants y aient des objets personnels et des jeux préférés. Vous pouvez, de plus, les encourager à rendre visite à leurs amis et aux membres de la famille élargie.

Quand l’un des parents doit déménager dans une autre ville, les sentiments de perte et d’anxiété qu’éprouve l’enfant peuvent s’alourdir encore davantage. Pour le parent qui voit ses enfants durant les congés et les longues vacances, il importe d’assurer le plus de continuité possible en veillant à ce que la maison soit accueillante et remplie d’objets familiers. Les parents doivent également préparer leurs enfants à tous ces changements inévitables et leur expliquer comment ils garderont contact avec eux. Par exemple, de fréquents appels téléphoniques peuvent aider les enfants à préserver la continuité des liens avec le parent qui vit au loin.

Lorsque vous vivez séparé de vos enfants

Lorsque vous ne vivez pas avec vos enfants, il peut sembler facile de vous convaincre qu’on n’a plus besoin de vous. Mais les enfants ont besoin de leurs deux parents auprès d’eux et c’est là leur souhait le plus cher. Les enfants qui ont perdu contact avec un parent éprouvent à son égard un vif sentiment de nostalgie qui ne les quitte jamais. Le simple fait de savoir que ce parent l’aime et qu’il sera toujours présent dans sa vie fait le plus grand bien à l’enfant et renforce son estime de soi. Personne ne pourra jamais vous remplacer.

Il est important de vous montrer constant et fiable. Vos enfants comptent sur vous pour tenir vos promesses. Par ailleurs, la discipline doit être constante : l’absence de discipline ne vaut guère mieux qu’un excès de rigueur. Appréciez les moments que vous passez en compagnie de vos enfants.
À mesure que vos enfants grandissent, vos rapports avec eux changeront aussi. En effet, les jeunes enfants ont besoin d’être en votre compagnie plus souvent, alors que les adolescents souhaiteront passer plus de temps avec leurs amis.
- Proposez à votre enfant d’inviter un ami lors d’une activité que vous avez planifiée. Prenez beaucoup de photos et offrez à votre enfant le double des photos.
- Encouragez votre enfant à apporter des objets significatifs afin de vous les montrer (un projet réalisé à l’école, un insigne, un message spécial ou des photos). Offrez-lui un sac pour qu’il puisse y mettre ses affaires.
- Célébrez les fêtes et les anniversaires le plus près possible de la date de l’événement. Essayez de créer de nouvelles traditions à l’occasion de ces fêtes.
- Faites parvenir des lettres, des cartes postales ou des messages électroniques à vos enfants. Demeurez en contact avec eux. Tous ces petits gestes leur rappellent combien vous les aimez.

Rappelez-vous que les liens que vous tissez avec votre enfant en tant que parent dureront pour toujours.

Lorsque le parent se trouve un nouveau conjoint ou une nouvelle conjointe

Dans certaines familles, l’établissement d’une nouvelle relation précède la séparation ou survient aux premiers stades de la séparation et du divorce; dans d’autres cas, cependant, un nouvel adulte n’entre en scène que des mois, voire des années plus tard. Pour de nombreux parents, le fait d’avoir à assumer seuls leur rôle représente un lourd fardeau qui laisse bien peu de temps ou d’énergie pour songer à nouer une nouvelle relation. Certains parents ne souhaitent pas se trouver un nouveau conjoint ou une nouvelle conjointe – ils ne savent pas très bien où aller ni comment s’y prendre pour rencontrer des gens, doutent de leur capacité de plaire ou craignent un nouvel échec. Pour d’autres, au contraire, le fait de nouer de nouvelles relations facilite l’adaptation au divorce. Ces nouveaux rapports leur redonnent confiance, les aident à se sentir moins seuls et à reprendre leur vie en main.
« … On pourrait passer de bons moments ensemble, tous les deux, entre hommes. On pourrait faire du camping sauvage ou jouer au billard, il pourrait m’apprendre à me raser, à conduire une voiture et on parlerait des problèmes des filles.» TERRY, 13

Quoi qu’il en soit, l’établissement d’une nouvelle relation amoureuse risque de soulever des émotions assez semblables tant chez les parents que chez les enfants. Il est possible qu’ils craignent de souffrir à nouveau ou de n’être pas aimés par cette personne qui fait irruption dans leur vie, ou qu’ils aient des appréhensions quant à la façon dont cette personne saura s’intégrer à leur existence. En revanche, cette nouvelle situation peut fournir aux parents l’occasion d’expliquer que, tout comme les enfants, les parents ont eux aussi besoin d’interagir avec des gens de leur âge et de nouer des relations qui leur permettront de s’épanouir.

Lorsque le mariage prend fin parce que l’un des parents souhaite refaire sa vie avec une autre personne, les enfants peuvent éprouver un vif sentiment de colère ou de trahison. Il importe que les enfants de ces familles se voient offrir de fréquentes occasions d’exprimer leur confusion et leurs sentiments, tâche qui peut s’avérer pénible pour un parent confronté à des émotions semblables.

Les enfants éprouvent des sentiments contradictoires face aux nouvelles relations établies par leurs parents. Selon leur âge, il se peut qu’ils aient l’impression d’avoir été trahis ou qu’ils ressentent de la jalousie, de la colère, de la confusion et même de la culpabilité. Ils risquent, par exemple, de :

- croire que celui des deux parents qui s’engage le premier trahit son ex-conjoint. Le parent peut expliquer que chaque personne s’adapte à sa façon et qu’il est temps pour lui ou elle de rencontrer et de fréquenter de nouvelles personnes, et cela même si son ex-conjoint ne se sent pas prêt à en faire autant;
- se dire que la relation parent-enfant ne permet pas aux adultes de faire toutes les activités auxquelles ils aiment s’adonner. Il est essentiel de rappeler aux enfants encore et encore que ni les amis ni les nouveaux conjoints ne remplacent l’amour entre un parent et son enfant;
- espérer qu’il est toujours possible que leurs parents se réconcilient.

Même si les parents se sont évertués à répéter qu’ils ne reprendront jamais la vie commune, certains enfants continuent d’espérer, même après un remariage;

- ressentir un malaise devant le fait que les parents ont des besoins sexuels et affectifs. Ce sentiment est particulièrement fréquent chez les préadolescents et ceux qui sont aux premiers stades de l’adolescence. Les parents devraient expliquer que, comme tous les autres adultes, ils ont des désirs et des expériences sexuelles, et que cela fait tout naturellement partie de la vie adulte;
- éprouver de nouveau un sentiment d’abandon et de perte quand le parent commence à fréquenter un autre adulte. Sans renoncer aux relations avec cette personne, il importe de réserver du temps aux enfants, même si ce n’est pas facile;
- être mécontents de devoir de nouveau s’adapter aux « caprices » des adultes. Ce mécontentement se traduira de façon différente, selon le stade de développement de l’enfant. Il est essentiel de communiquer avec clarté et délicatesse si l’on veut aider l’enfant à s’adapter au changement;
- éprouver du ressentiment de constater que les parents ont leurs propres règles en matière de comportement sexuel et qu’ils ne semblent pas appliquer les mêmes lorsqu’il s’agit de leurs enfants. Les adolescents risquent particulièrement de se montrer résistants parce qu’ils doivent respecter un couvre-feu, ne fréquenter que des gens connus et acceptés de leurs parents, tandis que leurs parents semblent suivre un autre code de conduite. Les parents devront indiquer qu’il y a deux codes de conduite – l’un pour les adultes en pleine maturité et l’autre pour les adolescents – et expliquer pourquoi il en est ainsi;
- être en colère parce qu’ils ont moins d’intimité. Les enfants ont besoin d’avoir un territoire à eux. Il est essentiel que le nouveau conjoint ou la nouvelle conjointe respecte ce territoire et considère les enfants comme des individus à part entière.

Orientation sexuelle et divorce

Le fait que l’un des parents qui divorce soit gai ou lesbienne ajoute une autre dimension à la situation. Si les deux parents sont à l’aise pour aborder des questions liées à l’orientation sexuelle – pour répondre aux questions des enfants simplement, sans trop en ajouter, pas plus qu’ils n’en demandent – les enfants seront plus à l’aise face à l’homosexualité d’un de leurs parents. L’important, au fond, c’est que les enfants soient rassurés sur l’amour que leur portent leurs deux parents en dépit de la situation dans laquelle ils se retrouvent.

Mais l’enfant dont le père est homosexuel ou dont la mère est lesbienne est parfois exposé aux moqueries de ses camarades d’école et peut en être profondément blessé. Les parents homosexuels sont parfois rejetés par la famille, les collègues de travail et l’ensemble de la collectivité; une situation très difficile à vivre, particulièrement lors d’un nouveau partage des responsabilités parentales.

Les enfants, et particulièrement les adolescents, risquent de ne plus savoir où ils en sont quant à leur propre sexualité et à leur identité personnelle. Il importe qu’ils puissent, dans un climat familial ouvert, poser des questions et exprimer leurs préoccupations ou leurs appréhensions. Si les enfants ou les parents ont de la difficulté à aborder le sujet avec des membres de la famille, un conseiller compétent pourra peut-être les y aider.

Les enfants accepteront plus facilement les changements si les parents peuvent régler entre eux les différends qui les opposent, sans chercher à faire intervenir les enfants. Peut-être aussi, dans la communauté, existe-t-il des groupes d’entraide où les parents qui doivent faire face à des problèmes liés à l’orientation sexuelle et à l’éducation des enfants peuvent s’adresser pour obtenir de l’aide. Des groupes à l’intention des enfants de parents homosexuels sont peut-être également accessibles.

Le remariage et les familles recomposées

La recomposition de la famille ou le remariage constitue l’un des défis les plus courants auxquels sont confrontés les enfants de parents séparés ou divorcés. Les enfants qui n’ont pas accepté que leurs parents nouent de nouvelles relations amoureuses auront encore plus de mal à s’adapter à la famille nouvellement reconstituée. Le remariage met fin à tout espoir de reprise de la vie commune entre les parents biologiques, bien que certains enfants continuent de rêver d’une éventuelle réconciliation entre leurs parents.

Les enfants doivent en outre s’habituer à la présence de demi-frères et de demi-sœurs, de nouveaux grands-parents, oncles et tantes. Il se peut qu’ils aient de la difficulté à accepter de nouvelles règles de discipline et l’autorité du nouveau conjoint ou de la nouvelle conjointe. Ils se sentent parfois jaloux de l’attention et du temps accordés au nouveau conjoint et aux demi-frères et demi-sœurs, et ont parfois l’impression que ces derniers jouissent d’un traitement privilégié. L’arrivée d’un nouveau bébé est souvent une source de ressentiment et d’anxiété. Les parents déjà informés de l’éventualité de tels problèmes seront mieux en mesure d’aider leurs enfants à s’adapter.

Les relations qui s’établissent dans la famille recomposée diffèrent à plusieurs égards de celles de la famille initiale. Souvent, les enfants d’une famille recomposée se retrouvent avec plusieurs « pères » ou plusieurs « mères ». La plupart des enfants s’adaptent à une telle situation. Il est essentiel, malgré tout, que les parents qui ont noué de nouvelles relations fassent un effort marqué pour passer du temps seuls avec leurs enfants et leur accorder l’attention voulue. Les enfants ont besoin de savoir qu’ils font partie de cette nouvelle vie que vous êtes en train de vous bâtir.

Le nouveau conjoint ou la nouvelle conjointe intègre un nouveau groupe familial qui a déjà son propre mode de fonctionnement et dont les membres, unis par des liens solides, ont une histoire commune. Si c’est votre cas, il vous faut reconnaître que jamais vous ne remplacerez le père ou la mère et vous efforcer d’établir une relation unique avec les enfants. Il serait bon que vous encouragiez les enfants à traiter avec respect et égard leurs deux parents et évitiez de prendre parti pour l’un ou pour l’autre. Le nouveau conjoint ou la nouvelle conjointe peut développer de précieux liens d’amitié avec les enfants. Ayez soin d’éviter de critiquer l’autre parent, de rivaliser avec lui ou de tenter de le remplacer. L’enfant se sent malheureux ou ressent moins d’affection pour le nouveau conjoint si ce dernier critique son père ou sa mère.

Dans bien des cas, le nouveau conjoint et les enfants du premier mariage sont brusquement mis en présence, sans avoir eu la chance de s’apprivoiser au préalable. Beaucoup de problèmes liés à l’éducation des enfants peuvent être imputables au choc des règlements, de définitions de comportement, de méthodes d’éducation et d’objectifs différents. Habituellement, il faut du temps avant qu’une relation satisfaisante s’établisse. Cela n’a rien d’étonnant, puisqu’en général ce n’est que petit à petit que l’on arrive à nouer des liens intimes avec quelqu’un et à gagner son affection, son amitié et sa confiance.

Les nouveaux conjoints peuvent aider les enfants à s’ajuster aux changements de rôles et de circonstances en faisant preuve de patience et en leur donnant le temps nécessaire pour qu’ils s’habituent à leur personnalité et à leur style de vie.

De nombreux livres et articles fort intéressants ont été consacrés au remariage, aux rapports entre nouveaux conjoints et enfants, et aux familles recomposées. Vous trouverez aux pages 85-86 un choix de titres et d’auteurs.

Parce que la vie continue…

Le défi d’être parent au cours de la séparation et du divorce peut parfois sembler insurmontable. Lorsqu’ils traversent des moments difficiles, les parents doivent se rappeler que ce n’est là qu’un des nombreux problèmes et défis auxquels les enfants risquent d’être confrontés au cours de leur croissance. Certains sont contraints de s’adapter à plusieurs écoles et à plusieurs milieux. Certains doivent faire face à la mort d’un membre de la famille – souvent celle d’un grand-parent ou de parents âgés, et parfois celle d’un père ou d’une mère, d’un frère ou d’une sœur. D’autres sont confrontés à une maladie grave. Et malgré tout cela, les enfants s’adaptent, apprennent et acquièrent de la maturité. Les enfants ont une étonnante capacité de surmonter les difficultés qui font surface dans leur vie. Ils ont en outre la faculté remarquable de composer avec des expériences difficiles et de s’en sortir – et cette faculté provient de la certitude d’avoir été aimés et choyés.

Faites preuve de perspicacité et de bon sens, suivez certains des conseils exposés dans la présente brochure et n’hésitez pas à solliciter le soutien et l’assistance dont vous avez besoin auprès de vos amis et parents, de professionnels et de la collectivité.

Si la séparation et le divorce – tout comme les autres défis de la vie – entraînent leur cortège de problèmes et de chagrins, ils n’en représentent pas moins une occasion à la fois pour les parents et les enfants d’acquérir de nouvelles compétences, de devenir plus forts et plus confiants. En aidant vos enfants à faire face à la séparation et au divorce, vous leur donnez les outils nécessaires pour affronter d’autres difficultés et ce, tout au long de leur vie.
Parce que la vie continue…

Parce que nous sommes portés devant malgré tout… Parce que c’est encore les yeux grands ouverts qu’on aperçoit mieux la lumière.

Références de l’article: http://www.phac-aspc.gc.ca/publicat/mh-sm/divorce/5-fra.php

Les commentaires sont clos.