Emmanuelle Drouet

Psychologue clinicienne


Cabinet paramédical
6, rue de Plaisance
94130 NOGENT/MARNE
Tél. : 01.48.72.74.89
drouet.psychologue@free.fr


D.E.S.S. de psychologie clinique

Thérapeute praticienne en TCC - AFTCC

D.U. Troubles du comportement alimentaire

Numéro ADELI :
94 93 0283 0

Plan du quartier >>

Nos erreurs sont une chance!

Nos erreurs sont une chance

par Clément Imbert (lien vers l’article cité en bas de page)
L’idée de commettre une bourde nous terrorise. Rater nous couvre de honte. Et pourtant! Non seulement l’erreur est humaine, mais elle peut même être une aubaine

« Dans mon métier, il y a une règle fondamentale pour progresser : il faut être capable d’admettre que nous commettons des erreurs. » L’homme qui tient ce discours ne travaille pas pour une start-up novatrice qui chercherait à sublimer le potentiel créatif des erreurs de ses employés. Non, Arnaud est contrôleur aérien. De la justesse et de la minutie des décisions qu’il est amené à prendre à chaque seconde dépend la sécurité de l’espace aéronautique placé sous sa surveillance. Dans ce milieu où une imprécision peut avoir des conséquences graves, on ne rejette pourtant pas l’erreur : on la considère comme un paramètre essentiel dont chacun doit rendre compte dans un « rapport d’expérience » afin qu’elle bénéficie à tous – et, in fine, ne se reproduise plus. « La pire erreur, la plus dangereuse, serait de refuser l’idée qu’il nous arrive d’en faire », dit-il.

Nous gagnerions sans doute tous à appliquer cette règle au quotidien. Mais voilà : rien ne nous paraît plus dommageable que de nous tromper. Lorsqu’un proche commet une gaffe, on l’apaise pourtant avec un original : « Ne t’en fais pas, l’erreur est humaine » ou en lui rappelant que saint Augustin avançait un humble Fallor ergo sum (« Je me trompe donc je suis »). Mais quand c’est à notre tour, les remèdes de la sagesse antique ou de la psychologie moderne ne nous sont plus d’aucun secours.

Lors d’une soirée, Héloïse a soutenu que le Marsupilami existe réellement, que l’animal jaune et noir, doté d’une formidable queue lui servant de moyen de locomotion et de machine à torgnoles, a été inspiré à Franquin par de vrais modèles vivants. « J’étais sûre d’avoir raison. J’ai aussi dit que j’étais journaliste, que je savais ce que j’avançais. Pendant que je parlais, j’ai vérifié sous la table avec mon smartphone. En fait, je confondais avec les marsouins… » Son envie de disparaître, nous l’avons tous connue. Rien d’étonnant : nous vivons l’erreur comme une faillite personnelle. Nous nous trompons par « inattention, distraction, manque d’intérêt, mauvaise préparation, authentique stupidité, timidité, forfanterie, déséquilibre émotionnel, préjugés sociaux, raciaux, idéologiques ou chauvins, ou bien encore du fait d’instincts belliqueux ou prévaricateurs », énumère Massimo Piatelli-Palmarini, professeur en sciences cognitives (« Inevitable Illusions : How Mistakes of Reason Rule Our Minds », John Wiley & Sons, 1996). De cet inventaire non exhaustif des défauts et faiblesses de l’esprit humain, l’erreur surgit comme une faute dont nous avons appris à nous méfier dès l’enfance.

Car c’est à l’école que nous découvrons ce que nos erreurs peuvent avoir de « grave ». L’élève qui se trompe face au maître en fait la douloureuse expérience, risquant sinon la mauvaise note, au moins l’humiliation du rire de ses camarades. Selon le journaliste et essayiste anglophone Peter Gumbel (« On achève bien les écoliers », Grasset, 2010), cette culpabilisation à outrance de l’erreur est un mal très français. Résultat : nous développons des stratégies d’évitement et prenons le moins de risques possible pour ne pas rencontrer l’échec. Or, la possibilité de se confronter pacifiquement à ses erreurs constitue une étape normale et nécessaire de tout apprentissage. Dans une étude récemment publiée par le « Journal of Experimental Psychology », deux psychologues de l’université de

Poitiers ont soumis des élèves de sixième à une série d’exercices trop difficiles pour eux. Ceux à qui on avait expliqué qu’ils pouvaient commettre des erreurs, car ils n’étaient pas censés savoir résoudre ces problèmes, ont obtenu de bien meilleurs résultats. « Un système qui ne valorise que la réussite peut bloquer l’apprentissage par essais et erreurs, explique le professeur Jean-Claude Croizet, coauteur de l’étude. Si l’on apprenait à faire du vélo à l’école, il y a fort à parier que certains enfants n’arriveraient jamais à se servir d’une bicyclette. »

Le champ des possibles

Pourtant, l’erreur a bien des vertus. Elle est même la meilleure façon de progresser. Et cela pour au moins trois raisons. D’abord, le simple fait de reconnaître qu’on s’est trompé est paradoxalement un excellent moyen de se rendre crédible auprès de son entourage. Le sociologue américain Doug Guthrie fait ainsi de la capacité à admettre ses erreurs l’une des principales qualités d’un bon leader. Tony Hayward, l’ex-directeur général de BP au moment de la marée noire dans le golfe du Mexique, a ainsi dû son éviction et son surnom de « serial gaffeur » non pas tant à ses erreurs directes qu’à son incapacité à reconnaître que son entreprise en avait commis.

Ensuite, faire des erreurs est la seule façon d’examiner le vaste champ des possibles. Vinod Khosla, cofondateur de Sun Microsystems et l’un des investisseurs les plus influents de la Silicon Valley, explique ainsi sa réussite fulgurante : « Après avoir emprunté toutes les fausses routes de l’erreur, le seul chemin qui reste à explorer est forcément celui du succès. » Voilà qui rappellerait presque une devise des Shadoks : « Plus ça rate, plus on a de chances que ça marche. » Chez Dentsu, première agence de publicité japonaise, on est conscient de ce principe : les jeunes cadres se voient volontairement confier des projets sur lesquels ils n’auront d’autres choix que de faire des erreurs, afin d’évaluer leur capacité à en tirer parti.

Enfin, l’erreur est une source infinie de créativité parce qu’elle permet à l’esprit humain de sortir du cadre où le maintient le respect de la règle. Un nombre incalculable de découvertes scientifiques, technologiques ou culinaires ont ainsi été extirpées de zones d’ombre soudainement éclairées par l’erreur (lire l’encadré p. 92). « La mécanique de l’invention, qui permet aux bonnes idées de naître, s’appuie sur l’induction, le raccourci. C’est exactement la même que celle qui nous fait nous tromper. En fait, il y a une parfaite similarité entre le “eurêka !” (j’ai trouvé) et le “caramba !” (encore raté) », analyse Luc de Brabandère, philosophe et mathématicien en charge du développement de la créativité pour le Boston Consulting Group. Gaston Lagaffe, un autre personnage de Franquin, enchaîne bévues et boulettes et s’exclame « M’enfin ! » quand les choses dérapent. Mais c’est l’employé le plus créatif de la rédaction du « Journal de Spirou », ses prototypes de fusées miniatures lui valant même l’intérêt de l’US Air Force.

Bien sûr, toutes nos erreurs ne portent pas en elles la promesse d’une innovation révolutionnaire. Il nous arrive d’en faire des stupides, comme ce lycéen très fier d’avoir correctement rempli sa

carte des villes d’Afrique et qui se rend compte, en sortant de l’épreuve, qu’il s’agissait de l’Amérique latine. Il nous arrive aussi d’en faire de douloureuses. De connaître l’angoisse lors d’un choix amoureux : dois-je me livrer à elle, dois-je le quitter, dois-je vraiment l’épouser ? « La peur de se tromper et de le regretter nous paralyse, explique la coach de vie Pascale Biais. Nous ne voyons plus la chance formidable que chaque erreur porte en elle. En jalonnant notre parcours, les erreurs offrent à chacun un chemin individualisé vers la vérité, vers sa vérité. »

Benjamin Franklin, qui était, au moins autant que Gaston Lagaffe, un génial inventeur, écrivait dans un rapport scientifique à Louis XVI : « Peut-être, tout bien considéré, l’histoire des erreurs de l’humanité est-elle plus riche et plus intéressante que celle de ses découvertes. La vérité est égale à elle-même, étroite. […] Tandis que l’erreur est d’une diversité inépuisable ; elle n’a pas de réalité, mais elle est la création pure et simple de l’esprit qui l’invente. »

Lien vers cet article:  http://www.cles.com/enquetes/article/nos-erreurs-sont-une-chance

Les commentaires sont clos.