Emmanuelle Drouet

Psychologue clinicienne


Cabinet paramédical
6, rue de Plaisance
94130 NOGENT/MARNE
Tél. : 06.61.48.84.53
drempsy@yahoo.fr


D.E.S.S. de psychologie clinique

Thérapeute praticienne en TCC - AFTCC

D.U. Troubles du comportement alimentaire

Numéro ADELI :
94 93 0283 0

Plan du quartier >>

Quels sont les pièges à éviter dans le couple?

Sortant d’un week-end de formation en thérapie de couple, j’ai l’envie aujourd’hui de vous faire partager un article sur ce thème. Cet article détaille les 7 principaux pièges dans lesquels peuvent facilement tomber les couples, que ce soit au début d’une relation ou après plusieurs années de vie à deux. Si cette lecture peut vous permettre d’être plus vigilent(e) sur ces divers « modes de fonctionnement » dans votre vie amoureuse, alors l’objectif de cette publication sera pleinement rempli!


LA FUSION

Paradoxalement, les couples les plus fragiles sont ceux qui, au début de leur relation, vivent une symbiose absolue. Engagés « très vite, très fort », branchés sur les besoins de l’autre, ils jouent tous les rôles : amant, ami, parent, enfant… Enveloppés, à l’abri des turbulences du monde, ils se nourrissent exclusivement l’un de l’autre. Ils vivent le couple comme une île déserte qu’ils seraient les seuls à habiter, jusqu’au jour où un élément extérieur vient perturber ce tête-à-tête exclusif. Ce peut être une naissance (comment composer à trois lorsque l’on n’a jamais vécu que l’un pour l’autre ?) ou un projet enthousiasmant qui se présente dans la vie de l’un des deux.
Mais, plus fréquemment, c’est une sensation de lassitude et d’étouffement qui s’empare de l’un des partenaires, qui prend conscience que la sécurité à peu à peu fait place à l’asphyxie. Le monde extérieur, si longtemps tenu à distance, est tout à coup paré de tous les attraits. C’est le début de la crise. Frustration insupportable d’un côté, sentiment d’abandon et de trahison de l’autre. La plupart du temps, ces couples se séparent en se déchirant.

LE REFUS DE LA DIFFÉRENCE

Un conjoint n’est pas un double. Affirmation limpide en théorie, plus compliquée en pratique. Très souvent, lesgros conflits sont nourris au quotidien par de petits refus : on n’accepte pas que celui dont on partage l’intimité n’ait pas les mêmes réactions que nous ou qu’il nous surprenne (et déçoive) par la façon dont il vit et exprime ses émotions. On projette sur l’autre des envies, des attentes, des erreurs de comportement qui, en réalité, sont les nôtres. Or un couple est composé de deux personnes différentes – qui plus est, dans la plupart des cas, de sexe opposé.
On sait combien hommes et femmes « fonctionnent » de manière asymétrique, notamment en matière de communication et de sexualité. Les femmes expriment plus facilement leurs émotions et ont un désir sexuel plus fluctuant que les hommes. « Il ne me parle pas assez », « Elle ne voit jamais les efforts que je fais », « Nous n’arrivons pas à avoir d’orgasme en même temps », « Quand je veux, c’est elle qui ne veut pas »… sont les plaintes le plus souvent entendues en consultation. Toutes témoignent de ce déni de la différence qui finit par faire du couple un champ de bataille ou un tribunal.

LE MANQUE DE COMMUNICATION

Convaincus que les mots sont inutiles pour se comprendre quand on est faits l’un pour l’autre, les jeunes couples ont tendance à négliger la communication dans leur relation. Au nom du mythe de l’amour parfait, « instinctif », ils oublient que la communication est indispensable pour apprendre à se connaître. Comment, sans les mots, découvrir les envies, les besoins de l’autre ? élaborer des projets ? Sans échange, difficile d’éviter de fantasmer la relation, difficile aussi de ne pas s’exposer à la déception en se rendant compte un jour que son compagnon « n’est pas du tout celui que l’on croyait ».
Dans les couples au long cours, l’absence de dialogue nourrit quiproquos et frustrations : « A quoi bon lui dire ce que je veux ? Je sais ce qu’il va me répondre. » Persuadés de se connaître parfaitement, les partenaires estiment que parler ne modifiera rien. Chacun colle une étiquette sur l’autre et vit « à côté de » au lieu de vivre « avec ». C’est oublier que la richesse et la force du couple viennent de ce que l’on ne finit jamais de découvrir l’autre et d’apprendre à se connaître à travers lui.

LE COUPLE THÉRAPEUTE

Ce sont, en général, des couples très solides au départ. Leur contrat, inconscient la plupart du temps, repose sur des attentes complémentaires : guérir pour l’un (problèmes de dépression, d’alcool, d’échec professionnel…), se sentir indispensable pour l’autre. Le plus souvent, ces couples, fondés à la fois sur la domination et sur la recherche de la fusion, s’enfoncent toujours davantage dans leurs dysfonctionnements. Ce qui les amène, à terme, soit à l’impasse, soit à la rupture.
Premier cas de figure : avec le temps, le « malade » guérit et, de fait, n’a plus besoin d’un « médecin » ni d’un témoin gênant de sa « déchéance » passée. Il se peut également qu’il se révolte en prenant conscience que cette relation, loin de le libérer, entretient sa dépendance, s’en nourrissant pour continuer à exister. Second cas de figure : les tentatives du « sauveur » échouent, alimentant sa frustration et sa colère et générant de la culpabilité et de la souffrance chez son partenaire.

LE MANQUE DE PROJET DE VIE

Établir des projets de vie est indispensable pour avancer à deux. Mais, pris dans l’euphorie des premiers temps de la relation, les jeunes couples revendiquent le droit de « vivre au jour le jour » et évitent de se projeter dans l’avenir. Ce n’est que lorsque le quotidien a émoussé l’enthousiasme et la spontanéité des débuts que l’avenir de la relation apparaît comme un espace vide, ennuyeux ou angoissant. Certains vont alors « voir ailleurs » pour remettre du désir et de l’excitation dans leur vie ; d’autres, pour meubler le vide, décident de déménager, de se marier ou d’avoir des enfants, mais, une fois ces projets réalisés, se rendent compte que la vie à deux ne leur apporte plus ni envie ni énergie.
C’est alors que, au lieu de questionner en profondeur la relation et ce que l’on attend d’elle, chacun se replie sur soi et développe, en parallèle du couple, des projets personnels. Lesquels, loin de nourrir la relation, la fragilisent encore davantage. Dans cette dynamique, l’un des deux finit par s’apercevoir qu’il est plus épanoui seul ou à l’extérieur de son couple et met fin à celui-ci. Ou, par peur de la solitude, par culpabilité, chacun se résigne et vit « seul, à deux ».

LA PARESSE

« On s’aime, donc ça doit marcher entre nous », « Si ça ne marche pas, c’est que l’on ne s’aime pas assez », « Si l’on ne se comble pas sexuellement, c’est que l’on n’est pas faits pour vivre ensemble »…
De nombreux couples, les plus jeunes en particulier, sont persuadés que, entre eux, tout doit fonctionner d’emblée. Au moindre problème relationnel ou sexuel, ils concluent que la relation est condamnée. C’est pourquoi ils ne se donnent pas la peine d’essayer de surmonter à deux leurs difficultés. Habitués au zapping, à la consommation, donc à combler toutes leurs envies et tous leurs manques dans l’instant, ils ont du mal à supporter la frustration et à fournir des efforts qui ne portent pas leurs fruits immédiatement. C’est oublier que le couple et la sexualité ne vont pas de soi et se construisent avec le temps.

LE FATALISME

Deux écueils principaux guettent les couples de longue durée : les conflits que l’on ne règle pas parce que l’on considère qu’il est trop tard, et l’essoufflement du désir, voire l’absence de relations sexuelles. Des conflits non réglés en profondeur ressortent rancœur et frustration, et de l’usure du désir, installée au fil du temps, des conduites d’évitement qui alimentent une agressivité souterraine empoisonnant les échanges les plus anodins.
La bonne réaction consisterait à communiquer sur ce qui fait effectivement problème pour tenter de trouver une solution (parfois en faisant appel à un tiers thérapeute).

Les experts ayant participé à la rédaction de cet article sont: Alain Valtier, Françoise Sand, Jacques-Antoine Malarewicz, Alice de Lara, Nadine Grafeille, Patrick Estrade

Vous avez désormais connaissance des 7 pièges dans lesquels un couple peut tomber… A vous à présent d’être vigilant afin de mener une vie de couple épanouie ! Si toutefois vous vous sentez enlisés dans une situation de laquelle vous n’arrivez pas à sortir seuls, des séances de thérapie de couple peuvent être envisagées afin de vous aider à fonctionner autrement.

Source: http://www.sexologues.be/articles/les-7-erreurs-d-un-couple

Les commentaires sont clos.